C’est le Team Leader de l’Équipe de France. Autrement dit, le capitaine. Sylvain Flachaire, qui oeuvre aussi à la Direction Technique Fédérale (DTF), présente la sélection tricolore qui donnera tout lors de ces Championnats du Monde à domicile. Malgré les difficultés de préparation liées au manque de neige, il est confiant.

« Nous sommes attendus au tournant »

Des Championnats du Monde sur neige pour la première fois en France : comment le ressentez-vous ? 
 
C’est un très gros événement, un rendez vos majeur qui implique une grande responsabilité pour la Fédération mais surtout pour l’organisation a qui a été confiée la course. La France a déjà organisé un Championnat d’Europe sur neige aux Fourgs en 2014 et un Championnat d’Europe sur terre à Lamotte Beuvron en 2015 avec 390 coureurs. C’est un immense privilège de pouvoir accueillir ces championnats car il y avait beaucoup de candidats sérieux comme la Russie ou l’Italie. Là, nous sommes donc attendus au tournant. L’IFSS les a accordés à la France car il faut dire que le site de Bessans est fantastique et que la Lekkarod a déjà fait ses preuves sur ses capacités organisationnelles.
La France présente une grosse sélection avec environ 70 partants dans les différentes catégories, quel est votre état d’esprit ?
 
MS Ski-Joëring Lekkarod 2018

Mass Start Ski-joering Lekkarod 2018

Oui 65 coureurs pour 70 départs avec des skieurs qui vont s’aligner sur plusieurs courses. C’est bien sûr l’effet championnat du monde. On a eu beaucoup de candidatures pour y participer. Le but des directeurs techniques et du comité était de pouvoir faire profiter à un maximum de coureurs français de cette opportunité.  Ces championnats permettent à nos coureurs à la fois de s’exprimer et de se frotter au haut niveau, c’est une occasion unique. Certains vont pouvoir s’étalonner, d’autres vont faire l’expérience du haut niveau et d’autres vont se battre pour un titre. Faire participer beaucoup de monde permet de motiver les licenciés vers plus de compétitivité et plus d’envie de se perfectionner. Cela tire le niveau vers le haut.  C’est une sacré vitrine pour notre sport et il y a comme dans tous les sports des retombées sur le nombre de licenciés dans le futur, ce n’est jamais négligeable. d’autant plus que la couverture médiatique s’annonce abondante!

Dans quelles catégories serez-vous le plus attendus ?
 
Nous avons en France un gros vivier de très bons mushers en nordique. C’est un peu la spécificité des pays du « sud  » de l’Europe et de la France en particulier. On a beaucoup de coureurs open qui peuvent tirer leur épingle du jeu, en 6, 8 ou mi-distance. Le 4 chiens est très ouvert aussi.
Quels sont nos chances de podium, et quelles sont les « têtes d’affiche » ?
 
On espère un podium complet en ski-joëring nordique, en open grosse catégorie où la France n’est pas un pays leader comme la Norvège pays du ski de fond par excellence. Jean Lou Galissi est le taulier chez nos skieurs…
En 4 chiens, on attend là aussi Hoffer chez les Nordiques. En open, c’est un peu la surprise en l’absence de notre leader Quentin Soulier. Face aux Goris ou Tracz (Pologne), nos mushers seront un peu des outsiders.
En sprint 6 chiens nordique, là aussi, gros espoirs sur Damien Langlois. En open il y aura fort à faire pour Julie Bloch ou Dominique Couvelard pour contrer Kempe (Finlande), Donker (Pays-Bas), et la canadienne Kate Dagenais. Grosse catégorie en perspective !
En 8 chiens Laurent Berge devrait pouvoir nous surprendre, il aura aussi du boulot face à Lehtomäki (Finlande) ou Wirtz (Suisse). En nordique, nos Logeais et Labouré devraient rafler la mise.
Côté traineau, on attend beaucoup d’Isabelle Lemoine en mi-distance 6 chiens,  et de Valérie Maumon en nordique.
En 12 chiens Stéphane Lepine et Christophe Caron devront se frotter au tchèque Pfeifer, et aux allemands Dickel et Ulrich.  Beaucoup de grosses pointures…

Une préparation difficile, mais un moral d’acier

Comment avez-vous préparé ces championnats en tant que Team Leader ?
 
Beaucoup de travail pour informer nos coureurs, répondre à leurs nombreuses questions, construire les équipes, jongler avec les catégories pour les avoir plus fournies ou validées… De grosses difficultés pour se préparer car nous n’avons pas pu organiser de course de sélection, faute de neige en début de saison. Ce qui pose des problèmes lorsqu’on doit faire des choix entre des coureurs équivalents… Préparer également les relais avec des problématiques spécifiques, et trouver des pulkaistes, denrée rare sous nos latitudes.  Il y a eu aussi beaucoup de petits bobos sur pas mal d’attelages qui posent problème à nos coureurs, qu’il faut souvent rassurer sur leurs performances. Peu ont pu s’entrainer sur neige et faire une course de préparation. Tout le monde doit garder le moral.
S.flachaire

Sylvain Flachaire lors de la Lekkarod 2017

Vous même, Sylvain, vous prendrez le départ en mi-distance 6 chiens, quel est votre objectif personnel ?
 
Depuis 3 saisons je me suis spécifié sur la moyenne distance, discipline exigeante en terme d’entrainement, de soin aux chiens, de préparation et de temps. J’essaye de me consacrer un maximum aux chiens. Mon » deuxième travail », celui de DTF m’absorbant pas mal… je dois toujours courir contre le temps et réduire les temps de sommeil. C’est parfois un peu lourd de tout mener de front. L’alchimie n’est jamais évidente. Ma compagne m’encourage beaucoup. Je reste cependant motivé quelles que soient les conditions météos et les aléas de la vie. Le mushing nous apprend à relativiser et à aller à l’essentiel et à garder les pieds sur terre. J’ai commencé à avoir des chiens en 1986 et à courir en compétition en 1989. 30ans  plus tard, j’ai toujours cette même envie de courir avec des chiens! Ça oblige à rester jeune et ça occupe une bonne partie de votre vie. C’est réellement un mode de vie et je ne regrette rien.  Vive la France et vive le mushing à Bessans ! Ça va être froid, ça va être grand, et ça va être fun.  Bon j’ai fait quatrième l’an passé en Italie au Championnat d’Europe, un petit top 5 suffirait à mon bonheur. Wait and see !
le site web #ifssBessans2019

février 15th, 2019|0 Commentaire

Tandem : le handisport à l'honneur sur la Lekkarod #lekkarod 2019 : une course ouverte aux personnes en situation de handicap #lekkarod [...]